229, rue Saint-Honoré, PARIS 1er  (+33) 1 42 60 63 92

Le système lymphatique


Le système lymphatique est, après les artères et les veines, le 3ème plus grand système de vaisseaux du corps humain. C'est un système de transport et de drainage, munis de ganglions lymphatiques.
Les vaisseaux lymphatiques sillonnent tout le corps, parallèlement aux vaisseaux sanguins. Ils transportent chaque jour environ 2 litres de lymphe.

La lymphe est issue du sang et joue un rôle important dans le système immunitaire.
Le système lymphatique transporte l'excès d'eau, les protéines et les déchets du tissu conjonctif jusqu'à revenir à la circulation sanguine. Durant ce transport, la lymphe est nettoyée, filtrée et concentrée. De nombreuses réactions immunitaires se déroulent dans les ganglions lymphatiques.
Si les trajets deviennent congestionnés, bloqués ou endommagés, les fluides peuvent s'accumuler dans le tissu conjonctif produisant la formation de l'œdème.

Complications infectieuses : 1 patient sur 5 (20%)
Cela touche plus souvent les femmes.

Rôle de la lymphe


* Epuration du milieu interne :
piège les substances nocives avant le passage dans le sang
régulation de la concentration en protéines
transport de macromolécules
* Lutte contre les infections :
production de lymphocytes et d'anticorps

 

Circulation veineuse / Circulation lymphatique

Il n'y a pas d'organe assurant le rôle de pompe comme le coeur pour le système veineux.
Le système lymphatique fonctionne grâce à :
- la contraction musculaire
- des valves anti-reflux (valvules)
- la contractibilité des lymphangions

La vitesse de circulation de la lymphe est faible, de l'ordre du cm par minute, alors que l'on est en cm par seconde pour le sang.
Valvules anti-reflux : uniquement dans les jambes pour le réseau veineux et partout dans le corps pour le réseau lymphatique

Œdème veineux : eau + minéraux donc régresse plus facilement
Œdème lymphatique : la lymphe est riche en protéines de gros poids moléculaire, ce qui peut entraîner une fibrose et un œdème irréversible

Lymphe : 80% dans le réseau superficiel / 20% dans le réseau profond - circule de l'intérieur vers l'extérieur
Sang : 10 % dans le réseau superficiel / 90 % dans le réseau profond - circule de l'extérieur vers l'intérieur

 

Premiers symptômes de l'insuffisance lymphatique

- Sensation de lourdeur, de pression, de tension
- Fourmillements, piqures, engourdissement
- Gonflement asymétrique d'une extrémité
- Le dos du pied ou de la main sont enflés
- Les extrémités deviennent très volumineuses
- Changement de couleur et de texture de la peau
- Plis dans la peau

 

Lymphœdème primaire (ou primitif) : malformation constitutionnelle du système lymphatique
Aplasie lymphatique : pas de système lymphatique
Hypoplasie lymphatique : peu de système lymphatique

Lymphœdème secondaire : destruction ou obstruction du réseau lymphatique suite à une chirurgie, un curage ganglionnaire, une radiothérapie ...
Environ 20% des femmes développent un lymphœdème du membre supérieur suite au traitement du cancer du sein.
L'obésité est également un facteur de risque.

 

Différents stades du lymphœdème


Lymphœdème latent :
Pas de signe clinique, détectable uniquement à la lymphoscintigraphie

Stade 0 – stade latent
Détérioration du système lymphatique sans œdème

Stade 1 – stade réversible spontanément
L'œdème disparait à la surélévation du membre
Œdème mou

Stade 2 – stade irréversible
L'œdème ne disparait plus à la surélévation du membre
Les tissus se durcissent

Stade 3 : éléphantiasis
Les extrémités atteignent des volumes extrêmes
La peau se durcit
Risque d'angiosarcome
Forte réduction de la mobilité

 

Traitement : la physiothérapie décongestive complexe

Deux phases
Phase 1 : décongestion et réduction
Objectif : réduire l'œdème par des bandages réducteurs + drainage lymphatique manuel
Phase 2 : maintien et optimisation
Traitement au long cours par des vêtements de compression

En France, il n'y a pas de chiffre précis sur :
- Le nombre de lymphœdème
- Le nombre de patients réellement pris en charge
- Le nombre de nouveaux malade chaque année

Pour les lymphœdème secondaires, les experts s'accordent sur le chiffre suivant : on traite 50 000 nouveaux cancers du sein chaque année et 20 % risquent de développer un lymphœdème. Ce chiffre tombe à 5 à 7 % avec l'utilisation du ganglion sentinelle.

 

Malformations lymphatiques

Elles consistent en un amas de vaisseaux et de cavités semblables à une éponge.
Présentent souvent dès la naissance, elles sont diagnostiquées cliniquement dans les 2 premières années de vie. On les appelle aussi des lymphangiomes kystiques.
Dans le cas d'une malformation lymphatique, le transport de la lymphe est ralenti pour une raison inconnue. Les vaisseaux lymphatiques ainsi gorgés produisent une enflure de la région.
Les malformations lymphatiques peuvent se produire à n'importe quel endroit du corps. Elles causent le grossissement de n'importe quelle partie du corps, par exemple une lèvre, une joue, une oreille, un doigt ou un orteil...

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Tags:
Plus dans cette catégorie : Compression sur mesure »

Le lymphoedème, qu'est-ce que c'est ?

Le lymphœdème est une accumulation de liquide lymphatique qui se caractérise par une augmentation chronique du volume d’un membre. Ce gonflement apparaît lorsque les ganglions et vaisseaux lymphatiques ne drainent plus efficacement la lymphe, qui s'accumule ainsi dans les tissus situés sous la peau. Se manifestant le plus souvent sur un bras ou une jambe, il peut cependant concerner d’autres parties du corps comme le visage, le cou, le tronc et même les organes génitaux. Il provoque une sensation de lourdeur, de tension, parfois des douleurs et peut engendrer un épaississement et une fibrose de la peau. Il n’existe pas de traitement curatif du lymphœdème, mais s’il est démarrée le plus tôt possible, la physiothérapie décongestionnante et la compression orthopédique (voire ci-dessous) peuvent en ralentir le développement. En France, la prévalence du lymphœdème est de 1 personne pour 1 000 à peu près.

Quelle est son origine ?

On distingue 2 types de lymphoedème, découlant chacun de 2 causes bien distinctes :

Le lymphœdème primaire, issu d’une malformation du système lymphatique d’origine génétique (mutation ou plus rarement congénitale), touche 1 personne sur 10 000 et se déclare le plus souvent à la puberté. Il est diagnostiqué nettement plus souvent chez lez femmes, avec un pic d’incidence lors de la puberté.

Le lymphœdème secondaire est la conséquence d’une altération du système lymphatique qui peut survenir à la suite : d’une intervention chirurgicale (ablation de ganglions), du traitement d’une tumeur (par exemple une radiothérapie dans le traitement du cancer du sein), d’un accident, ou d’une infection. La relation est établie entre le surpoids et la fréquence d’apparition du lymphœdème secondaire.

Quelles solutions proposées par l’Orthopédie ?

A ce jour, il n’existe pas de traitement curatif du lymphœdème. Cependant, en suivant une physiothérapie décongestionnante de manière précoce il est possible d’en réduire le volume et d’en atténuer les symptômes. Elle consiste à combiner les 4 éléments suivants :

- Un drainage lymphatique par un massage manuel pratiqué par un kinésithérapeute spécialement formé qui stimulera les vaisseaux lymphatiques et assouplira l’oedème réduira le gonflement.
- L’application de bandages compressifs en complément du massage, meilleur moyen de réduire le lymphoedème
- Le port d'un vêtement de compression sur mesure ou standard (chaussette, jambe, gant, manchon de contention selon le membre affecté) pour maintenir les résultats obtenus sur le membre suite au drainage et aux bandages réducteurs.
- La pratique d’exercices physiques spécifiques recommandés par le kinésithérapeute.

Il est également possible d’utiliser un appareil de pressothérapie individuel en complément du kinésithérapeute qui contribuera au drainage du lymphoedème.

Retrouvez ci-dessus toute notre sélection de produits pour vous aider dans votre quotidien.

Nous avons 70 invités et aucun membre en ligne

© 2017 Orthopédie Meyrignac - Webdesign : 01design