229, rue Saint-Honoré, PARIS 1er  (+33) 1 42 60 63 92

Entretien

Laver à l'eau tiède avec une lessive classique
Rincer abondamment
Presser dans une serviette éponge
Sécher loin d'une source de chaleur


Un lavage en machine est possible avec un programme doux, à froid (ou maximum 30°) et un essorage doux (pas de lessive pour la laine, pas d'adoucissant et pas de sèche-linge)

 

Important : sur une peau trop sèche, nous avons constatés que les compressions ont tendance à glisser. Une peau bien entretenue (gommages) et hydratée le matin avec un lait fluide (éviter les crèmes grasses trop riches) permet une meilleure tenue tout au long de la journée.
Pour les bas autofixants, bien laver la bande de silicone tous les jours pour qu'elle retrouve toutes ses qualités d'adhérence. Il est possible de la nettoyer ponctuellement avec de l'alcool à 45°.

Si des rougeurs apparaissent au niveau de la bande de silicone et vous provoquent une gêne, vous pouvez laver cette bande et l'irritation de la peau avec le savon Cytéal (en pharmacie) et appliquer le matin sur la peau, à l'endroit où se place la bande antiglisse, la crème Bariederm de la marque Uriage en la laissant bien pénétrer. Elle fera une barrière protectrice entre votre peau et la bande de silicone (en pharmacie également).

 

Aide à l'enfilage

Avant tout, il est fondamental de porter des gants en latex ou des gants en caoutchouc pour ceux qui serait allergique au latex (Juzo, Medi ou Bauerfeind) lors de la mise en place de vos bas, collants ou chaussettes de contention. En effet, cela permet une meilleure adhérence avec les mains et facilite nettement l'enfilage.
Une fois la compression mise en place, les gants permettent aussi de bien répartir la matière sur la jambe afin d'éviter les garrots et strictions dûes à un surplus de matière (notamment au creux poplité).
Ensuite, il est fondamental que l'orthésiste vous montre les bons gestes et que vous les refassiez avec lui en cabine.

Si malgré ses conseils, vous n'arrivez que difficilement à mettre et à enlever vos bas de contention, vous pouvez opter pour un des appareils suivants :


Easy slide de Juzo pour modèles pieds ouverts ou pieds fermés : permet au produit de glisser facilement sur la jambe, sans effort et sans force, mais nécessitant une certaine souplesse.



 

Appareils rigides en métal (Medi, Juzo) ou en plastique (Cizeta) : pour les personnes ne pouvant pas se baisser. Nécessite un petit entrainement afin de bien positionner le produit - à éviter avec des modèles fins et fragiles


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rolly de Sigvaris : appareil permettant de mettre ou d'enlever ses bas. Nous le préférons pour la 2ème solution.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Pressothérapie à domicile

Le lymphoedème, qu'est-ce que c'est ?

Le lymphœdème est une accumulation de liquide lymphatique qui se caractérise par une augmentation chronique du volume d’un membre. Ce gonflement apparaît lorsque les ganglions et vaisseaux lymphatiques ne drainent plus efficacement la lymphe, qui s'accumule ainsi dans les tissus situés sous la peau. Se manifestant le plus souvent sur un bras ou une jambe, il peut cependant concerner d’autres parties du corps comme le visage, le cou, le tronc et même les organes génitaux. Il provoque une sensation de lourdeur, de tension, parfois des douleurs et peut engendrer un épaississement et une fibrose de la peau. Il n’existe pas de traitement curatif du lymphœdème, mais s’il est démarrée le plus tôt possible, la physiothérapie décongestionnante et la compression orthopédique (voire ci-dessous) peuvent en ralentir le développement. En France, la prévalence du lymphœdème est de 1 personne pour 1 000 à peu près.

Quelle est son origine ?

On distingue 2 types de lymphoedème, découlant chacun de 2 causes bien distinctes :

Le lymphœdème primaire, issu d’une malformation du système lymphatique d’origine génétique (mutation ou plus rarement congénitale), touche 1 personne sur 10 000 et se déclare le plus souvent à la puberté. Il est diagnostiqué nettement plus souvent chez lez femmes, avec un pic d’incidence lors de la puberté.

Le lymphœdème secondaire est la conséquence d’une altération du système lymphatique qui peut survenir à la suite : d’une intervention chirurgicale (ablation de ganglions), du traitement d’une tumeur (par exemple une radiothérapie dans le traitement du cancer du sein), d’un accident, ou d’une infection. La relation est établie entre le surpoids et la fréquence d’apparition du lymphœdème secondaire.

Quelles solutions proposées par l’Orthopédie ?

A ce jour, il n’existe pas de traitement curatif du lymphœdème. Cependant, en suivant une physiothérapie décongestionnante de manière précoce il est possible d’en réduire le volume et d’en atténuer les symptômes. Elle consiste à combiner les 4 éléments suivants :

- Un drainage lymphatique par un massage manuel pratiqué par un kinésithérapeute spécialement formé qui stimulera les vaisseaux lymphatiques et assouplira l’oedème réduira le gonflement.
- L’application de bandages compressifs en complément du massage, meilleur moyen de réduire le lymphoedème
- Le port d'un vêtement de compression sur mesure ou standard (chaussette, jambe, gant, manchon de contention selon le membre affecté) pour maintenir les résultats obtenus sur le membre suite au drainage et aux bandages réducteurs.
- La pratique d’exercices physiques spécifiques recommandés par le kinésithérapeute.

Il est également possible d’utiliser un appareil de pressothérapie individuel en complément du kinésithérapeute qui contribuera au drainage du lymphoedème.

Retrouvez ci-dessus toute notre sélection de produits pour vous aider dans votre quotidien.

Nous avons 87 invités et aucun membre en ligne

© 2017 Orthopédie Meyrignac - Webdesign : 01design