229, rue Saint-Honoré, PARIS 1er  (+33) 1 42 60 63 92

Entretien

Laver à l'eau tiède avec une lessive classique
Rincer abondamment
Presser dans une serviette éponge
Sécher loin d'une source de chaleur


Un lavage en machine est possible avec un programme doux, à froid (ou maximum 30°) et un essorage doux (pas de lessive pour la laine, pas d'adoucissant et pas de sèche-linge)

 

Important : sur une peau trop sèche, nous avons constatés que les compressions ont tendance à glisser. Une peau bien entretenue (gommages) et hydratée le matin avec un lait fluide (éviter les crèmes grasses trop riches) permet une meilleure tenue tout au long de la journée.
Pour les bas autofixants, bien laver la bande de silicone tous les jours pour qu'elle retrouve toutes ses qualités d'adhérence. Il est possible de la nettoyer ponctuellement avec de l'alcool à 45°.

Si des rougeurs apparaissent au niveau de la bande de silicone et vous provoquent une gêne, vous pouvez laver cette bande et l'irritation de la peau avec le savon Cytéal (en pharmacie) et appliquer le matin sur la peau, à l'endroit où se place la bande antiglisse, la crème Bariederm de la marque Uriage en la laissant bien pénétrer. Elle fera une barrière protectrice entre votre peau et la bande de silicone (en pharmacie également).

 

Aide à l'enfilage

Avant tout, il est fondamental de porter des gants en latex ou des gants en caoutchouc pour ceux qui serait allergique au latex (Juzo, Medi ou Bauerfeind) lors de la mise en place de vos bas, collants ou chaussettes de contention. En effet, cela permet une meilleure adhérence avec les mains et facilite nettement l'enfilage.
Une fois la compression mise en place, les gants permettent aussi de bien répartir la matière sur la jambe afin d'éviter les garrots et strictions dûes à un surplus de matière (notamment au creux poplité).
Ensuite, il est fondamental que l'orthésiste vous montre les bons gestes et que vous les refassiez avec lui en cabine.

Si malgré ses conseils, vous n'arrivez que difficilement à mettre et à enlever vos bas de contention, vous pouvez opter pour un des appareils suivants :


Easy slide de Juzo pour modèles pieds ouverts ou pieds fermés : permet au produit de glisser facilement sur la jambe, sans effort et sans force, mais nécessitant une certaine souplesse.



 

Appareils rigides en métal (Medi, Juzo) ou en plastique (Cizeta) : pour les personnes ne pouvant pas se baisser. Nécessite un petit entrainement afin de bien positionner le produit - à éviter avec des modèles fins et fragiles


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rolly de Sigvaris : appareil permettant de mettre ou d'enlever ses bas. Nous le préférons pour la 2ème solution.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Qu’est-ce que le Lipoedème ?

Tout d’abord le lipœdème est un syndrome et non une maladie, il se caractérise par plusieurs signes cliniques :
- une répartition non harmonieuse des graisses, essentiellement sur les membres inférieurs, en partant des hanches jusqu'aux chevilles.
- une fragilité des vaisseaux capillaires de la peau entraînant des petits hématomes suite à des chocs.
- une souplesse moindre des articulations du genou et des chevilles ou des coudes.
- une insuffisance veineuse superficielle avec des varices et des vergetures notamment proche des articulations.

La disproportion des extrémités inférieures et supérieures peut être très marquée. A la différence du lymphoedème qui peut être asymétrique, le lipoedème est toujours symétrique et bilatéral. Il peut être associé à un lymphoedème secondaire et on parle alors de lipo-lymphoedème.

Le lipoedème est douloureux à la pression et au touché. On observe souvent l'apparition de varicosités dues au relâchement du tissu conjonctif et une tendance aux hématomes spontanés. À un stade avancé, il peut engendrer une difficulté à se mouvoir.

Les causes du lipoedème sont encore floues mais les hormones sexuelles semblent avoir un rôle prédominant. Il touche essentiellement les femmes et apparaît souvent à la puberté ou à la ménopause, où encore lors d'une grossesse. Il est parfois lié à une disposition familiale, c’est à dire génétique.

Le lipoedème n'est pas lié au surpoids ou au facteur alimentaire mais la surcharge pondérale peut aggraver son évolution. Le lipoedème évolue dans le temps et à tendance à s'aggraver. Ni les régimes, ni le sport à outrance ne permettent de résoudre le problème. Mais la pratique du sport permet d’éviter la prise de poids qui est un facteur aggravant du lipoedème.

Compression et lipoedème

La compression classique (dite circulaire) est souvent mal tolérée voire douloureuse sur un lipoedème, mais le port de vêtements post-chirurgicaux de compression médicale est indispensable pour favoriser le retour veineux, diminuer l'oedème fonctionnel et améliorer l'aspect de la peau.

Il faut donc opter pour une compression rectiligne à maille plate et de préférence en classe 3 (entre 20 et 35 mm Hg de pression à la cheville). Ces collants de compression rectiligne ne se font que sur mesure et le matériau s'adapte parfaitement à la morphologie de la patiente. Étant plus épais que les classiques "bas de contention", ils sont moins blessants, notamment au genou où au coup de pied et les multiples options permettent d'assurer un confort optimal.

Une bonne hygiène alimentaire, du sport et des drainages lymphatiques manuels permettent quelque peu de soulager les symptômes au quotidien. Le traitement le plus efficace reste chirurgical par un lipoaspiration spécifique à cette pathologie.

 

Nous avons 45 invités et aucun membre en ligne

© 2017 Orthopédie Meyrignac - Webdesign : 01design